NOTE SUR MIRABEL ET LES TROIS BLACONS.





Le but de cette modeste note est d'établir d'une manière probante que les noms de Mirabel et de Blacons, qui reviennent si souvent dans l'histoire des guerres de religion, représentent des personnages fort distincts, que l'on a eu le tort de confondre plus ou moins jusqu'ici.

 

MIRABEL.



Régnier de La Planche, Théodore de Bèze, La Popelinière, de Thou et autres disent que Mirabel appuya chaudement le mouvement de la Réforme à  Valence en 1560, et que c'était un gentilhomme du Valentinois. Bèze affirme de plus que La Motte-Gondrin, au moment où il périt assassiné à  Valence, en 1562, remit son épée à  Mirabel.
Dans l'intervalle compris entre la première et la seconde guerre de religion ( 1563-1567), le nom de Mirabel revient plusieurs fois comme celui d'un des gentilshommes protestants les plus influents du Dauphiné.
Au commencement de la troisième guerre de religion, en 1568, Mirabel commande un des sept beaux régiments qui partirent du Dauphiné pour rejoindre le prince Louis de Gondé, et combattirent à Montcontour.
En 1569, Mirabel ramène les débris de son régiment en Dauphiné et franchit le Rhà´ne au Pouzin, malgré la résistance de Gordes, successeur de La Motte-Gondrin.
Dans l'intervalle qui s'écoule entre la troisième et la quatrième guerre de religion, il est quelquefois question de Mirabel.
Enfin, pendant, la quatrième guerre de religion, en 1574, Mirabel s'empare d'Allex, va de là  fortifier Livron sur l'ordre du brave Montbrun, et se tue en se laissant choir d'un bastion. Le fait est attesté par le Mémoire de la maison des Gay (manusc.), le Mémorial d'Eustache Piedmont (manusc.) et La Prinse et Réprinse du chasteau d'Alès dans l'Album du Dauphiné (1).
Pour ce qui est du prénom de Mirabel, il est difficile de l'établir. Chorier appelle, à la date de 1560, notre capitaine « Claude de Miribel, seigneur de Miribel », et le plus souvent Mirabel. Or, M. Lacroix, notre savant collègue, parle dans sa Notice sur Condillac d'un « Claude de Mirabel, d'une famille du Diois déjà  connue au XIIIe siècle », qui vivait en 1556 et souscrivit une obligation de 34 écus d'or-sol. Ces deux personnages sont vraisemblablement un seul et même homme, d'autant mieux que La Prinse et Réprinse du chasteau d'Alès appelle notre capitaine Monsieur de Mirabel près d'Aoste.
Chorier fait naître une difficulté. Dans son Histoire générale du Dauphiné (2), il dit, à la date de 1571 : « Miribel, qui n'avoit pas le même jugement, s'étoit attiré la haine de plusieurs et fut à la fin assassiné,..... Varces, son beau-frère, etc. »
Comme jusqu'ici Chorier n'avait parlé que d'un seul Miribel, qu'il nomme le plus souvent Mirabel, ainsi que nous l'avons déjà dit, il est manifeste que pour lui le Miribel assassiné et le Miribel de 1560, 1568, etc., sont un seul et même personnage. Il se trompe en cela, puisque ce dernier mourut positivement en 1574, comme on vient de le voir. La parenté étroite du premier avec Varces pourra lever la difficulté. Varces est le nom d'une paroisse située entre Vif et Claix et Miribel (appelée légalement aujourd'hui Miribel-l'Enchâtre ), une autre paroisse située entre Vif et Le Monestier-de-Clermont. Ce sont là , sans doute, les deux localités voisines d'où les deux beaux-frères, Varces et Miribel, ont tiré leur nom.


 



BLACONS.



Pendant la première guerre de religion et celles qui la suivirent, jusqu'en 1574, date de la mort de Mirabel, Blacons est toujours nettement distingué de Mirabel. Le fait est constant dans Bèze, La Popelinière, Pérussis, les Commentarii de Jean de Serres, de Thou, Chorier, etc.
Pendant la troisième guerre de religion, Blacons est colonel d'un des sept régiments dauphinois qui vont rejoindre Condé et combattent à Montcontour. Brantôme (3) dit de lui à cette époque : « C'était un vieux et très-bon capitaine du temps passé, qui avoit vu les croix rouges aussi bien que les blanches, car il avoit beaucoup fréquenté les guerres espagnoles en Toscane et ailleurs Il a laissé un fils, qui est aujourd'hui M. de Blacons, gouverneur d'Orange. » Puisque Blacons en 1568 était un « vieux capitaine du temps passé », ce ne peut être que le père d'Hector de Forez de Blacons, qui se maria, suivant Guy Allard (4), avec une Françoise de Mirabel, vers 1560, et dont il prit le nom, d'où l'appellation de Hector de Mirabel-Blacons.
Quel est le prénom du père d'Hector? Etait-ce Pierre, comme l'affirme M. Lacroix? Etait-ce Jacques, comme le pensent MM. Haag, les savants auteurs de La France protestante? Nous ne saurions le dire. Quoi qu'il en soit, nous croyons fermement que jusqu'à la mort du père d'Hector, qui eut lieu en Saintonge en 1570, d'après Montluc (5), il s'agit du même Blacons, du « vieux capitaine du temps passé », dans les auteurs contemporains; que le père et le fils n'ont pas combattu ensemble, et que ce qui a pu faire croire le contraire, c'est soit la confusion de Blacons père (Pierre ou Jacques) avec Blacons fils (Hector), soit surtout l'adjonction du nom de Mirabel à celui de Blacons que fit Hector et qui induisit les historiens à prendre celui-ci ou son père pour le colonel ou mestre de camp Mirabel. fort distinct de l'un et de l'autre, comme on l'a vu.
Hector eut à  son tour un fils, nommé Alexandre,. qui, dès 1574, combattait à ses côtés au siège de Die, selon Pérussis. L'un des deux fut blessé. Dans tous les cas, Alexandre devait être fort jeune, s'il est vrai que son père se maria vers 1560, comme le veut Guy Allard (6).
Ainsi, trois Blacons, tous les trois distincts de Mirabel, ont combattu pour la cause protestante au XVI° siècle :
Pierre (ou Jacques) de Forez-Blacons, colonel en 1568, mort en 1570 en Saintonge, le « vieux capitaine » de Brantôme ;
Hector de Forez de Mirabel-Blacons, marié à Françoise de Mirabel, gouverneur d'Orange en 1588, mort le 24 mai 1596, d'une mort précoce, au dire de La Pise, l'historien des princes de la maison d'Orange.
Alexandre de Mirabel-Blacons, gouverneur (reconnu) d'Orange en 1598, mort le 8 mai 1631.




E. ARNAUD, Pasteur à  Crest.


Notes:


(1) Tome II, p. 18.
(2) Tome H, p. 645.
(3) Edit. Buchon, t. I, p. 621.
(4) Dict. histor. du Dauphiné, t. II, p. 141. - Cet auteur se trompe quand il dit que Françoise de Mirabel appartenait à une famille noble des Baronnies. 11 s'agit ici de la famille Mirabel du Diois.
(5) Blacons, en effet, n'est pas nommé parmi les colonels qui ramenèrent leurs régiments en Dauphiné après Montcontour.
(6) « Environ l'an 1560 », dit cet auteur.




Texte de E. ARNAUD, Pasteur à  Crest, extrait du Bulletin de la Société d'archéologie, d'histoire et de géographie de la Drôme. de 1873






 

 

 


En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.