11 – Les sapeurs pompiers

 

Voir aussi les documents joints :

  • De la section de la Garde Nationale aux Sapeurs Pompiers
  • Société de secours mutuels
  • Histoire de la caserne des sapeurs pompiers d'Aouste




Fondée pendant la Révolution, la garde nationale était une milice armée.

En 1839 alors que le corps de sapeurs pompiers n'est pas encore créé, la commune fait l'acquisition d'une pompe à feu pour la somme de 1315 francs. Financée par un don volontaire des habitants de 900 francs, le solde sera voté lors de la réunion du conseil municipal du 14 mai 1839. Ce premier matériel sera remisé dans un local situé à proximité du bureau de poste actuel.

A partir de 1845, les gardes nationaux ont aussi une mission de sapeurs pompiers (particulièrement pour la protection des tissages et papeteries) . Le corps des sapeurs pompiers aoustois est créé le 15 mai 1846, il compte 56 engagés.


En 1877, les gardes nationaux-pompiers doivent rendre leurs armes. Le 12 juin 1877, érection en société de " Secours Mutuel des Sapeurs Pompiers".

En 1976, sous la conduite de Gaston Buis, chef de corps, les sapeurs pompiers participent bénévolement à la construction du rez-de-chaussée de leur caserne (bureau-salle de réunion,, sanitaire et 4 garages). Au fil du temps la toiture-terrasse se détériore et il faut envisager des travaux de protection. Avec la participation financière de l’Amicale des Sapeurs Pompiers, la collectivité décide l’aménagement d’un 1er étage : sanitaires, bureau et grande salle de réunion laissant disponible le rez-de-chaussée pour le secteur opérationnel et permettant les formations départementales. Après 168 ans de services rendus aux populations et regroupement des Centres de Secours, les locaux sont affectés au Centre Social Nini Chaize et agrandis en 2017. Le bâtiment conserve son nom « Gaston Buis ».


 

La " Pompe à feu"

La caserne en 1977

 

Extrait de la délibération du Conseil Municipal de la création du corps des Sapeurs Pompiers d’Aouste





 

De la section de la Garde Nationale aux Sapeurs Pompiers



 



Les sapeurs-pompiers dans la garde nationale 1831 à 1870.
 
Fondée sous la Révolution, la garde nationale est une milice armée. Elle est constituée de citoyens, régie par des règles très particulières pour défendre le régime en place. C'est une « formidable organisation provisoire, sans règlement et sans législation fixe ». Jusqu'en 1871, elle sera tour à tour reconstituée, dissoute, mise en veilleuse.
Louis-Philippe réorganisant la garde nationale y fait entrer les sapeurs-pompiers : «  Partout où il n’existe pas de corps soldé de sapeurs-pompiers, il sera, autant que possible, formé par la conseil de recensement des compagnies ou subdivision de compagnie de sapeurs-pompiers volontaires, faisant partie de la garde nationale. Elles seront composées principalement d’anciens officiers et soldats du génie militaire, d’officiers et agents des ponts et chaussées et des mines, et d’ouvriers d’art » (loi du 22 mars 1831).
De 1831 à 1871, les pompiers seront des gardes nationaux, et, dans de nombreuses communes, tous les gardes nationaux seront pompiers. 


 

 Délibération pour la création du corps des sapeurs pompiers d'Aouste en 1845




Les sapeurs pompiers à Aouste (1839-2013) :
 
14 mai 1839 : la commune acquiert une pompe à feu pour la somme de 1 315 francs. Une souscription a rapporté la somme à 915 francs. Par délibération du 14 mai 1839, le conseil municipal sous la présidence d'Antoine Tavan, maire, sollicite le préfet pour l'engagement d'une dépense supplémentaire de 400 francs afin de compléter « le payement d'un objet si précieux pour la commune ». Celle-ci est remisée place de la Poste.
1845 : du 14 au 21 septembre est mis en place le registre de recrutement pour la création du corps de sapeurs pompiers. Le nombre des engagés devra être au minimum de 31, il sera de 56. En tête de ce registre nous pouvons lire « Par leur signature, ils auront contracté l'engagement de s'habiller à leur frais dans les trois mois qui suivront la sanction de l'autorité administrative pour l'organisation de la compagnie et se conformer dès l'organisation au règlement adopté par la compagnie de pompiers de la ville de Crest, sauf ultérieurement à modifier ce règlement, s'il y a lieu, pour le mettre en harmonie avec les besoins de la localité ».
Le 5 octobre 1845 sous la présidence de M. Tavan, maire, se sont réunis M.Gresse, Rolland, Achard, Terrail, Aguiton, conseillers municipaux ; « en conformité à l'article 40, de la loi du 22 mars 1831, sur la garde nationale formée en conseil de recensement, ont dressé et arrêté le contrôle de la Compagnie de Sapeurs-Pompiers dont l'organisation est sollicitée . M. Le maire en transmettant à l'autorité supérieure le contrôle de la compagnie est prié de recourir à la bienveillance de l'autorité à l'effet d'obtenir un nombre suffisant de fusils, de bayonnettes et de sabres pour l'armement de la dite compagnie et un secours pour son équipement ».
15 mai 1846 : Le conseil municipal réuni le 15 mai « à effet de voter l'imposition nécessaire pour faire face aux dépenses extraordinaires pour frais relatifs à la création de la compagnie de sapeurs pompiers. Afin de compléter leur équipement et considérant que de grands sacrifices ont été effectués par les sapeurs pompiers pour leur habillement, il est de toute justice de leur venir en aide par le vote d'une subvention exceptionnelle de 900 francs ».
1877 : Le 12 juin approbation de création de la société de secours mutuel des sapeurs pompiers d'Aouste. Le 22 octobre, le Préfet de la Drôme demande au maire d'Aouste de remettre à l'arsenal de Valence, 70 fusils et 61 sabres provenant du désarmement de la compagnie de sapeurs pompiers de la  commune.
1926 : adhésion à l’union départementale de la Drôme.
1934 : mobilisation du conseil municipal et de la population pour l’achat d’une moto-pompe.
1938 : achat par la commune d’un véhicule d’occasion pouvant transporter huit hommes. En octobre de la même année les sapeurs pompiers quittent le local de la Poste et investissent le sous-sol de la salle des fêtes.
1941 : réduction de la fréquence des manœuvres en raison des restrictions et pour la première fois on peut donner l’alerte grâce au téléphone (N° appel : le 10 ancêtre du 18).
1944 : suppression des manœuvres par manque de carburant et création d'une caisse de retraite des sapeurs pompiers.
1945 : en raison des restrictions de l’après-guerre aucune festivité ne sera célébrée à l’occasion du centenaire. Les sapeurs pompiers sont réquisitionnés pour laver le coffrage du pont.
1951 : le téléphone est installé aux frais de la commune au domicile de Henri Planchon chef de corps.
1952 : la sirène électrique achetée par la commune sera installée sur le fronton de la salle des fêtes.
1954 : achat du premier matériel de respiration artificielle de marque Panis.
1954 : le premier CCI (Camion Citerne Incendie) équipe les sapeurs pompiers (véhicule de marque Laffly doté d'une pompe de grande puissance (débit de120 m3).

 

 De gauche à droite : moto-pompe acquise en 1934, Dodge 4X4, CCI Laffly.



1968 : achat FPT Citroën (Fourgon Pompe Tonne). Destiné en premier lieu aux équipements des Jeux Olympique d'hiver de Grenoble, ce véhicule transportant 3 500 litres d'eau est acquit par la commune.
1970 : le corps des sapeurs pompiers se dote d'un véhicule Renault type Estafette financé par l'amicale. Il sera aménagé « en premier secours ».
1976 : après deux années de travaux, les sapeurs pompiers prennent possession de leurs locaux rue G. Gresse. La participation financière de l'amicale, de la commune et l'engagement physique des personnels ont permis cette réalisation.
1980 : Par délibération, le conseil municipal valide l'acquisition de matériel de « désincarcération » et une demande de « liaison téléphonique spécialisée » permettant une meilleure alerte des secours. Le déclenchement de la sirène s'effectuera depuis le centre de secours.
1982 : achat du véhicule Dodge 6X6 en remplacement du Dodge 4X4 âgé de près de 40 ans (Seconde Guerre Mondiale).
1988 : Avec la participation financière de l'amicale des sapeurs pompiers, débutent les travaux de construction des locaux au dessus des garages.
1991 : achat du CCF 2000 Thomas (Camion Citerne pour Feux Forêts).
1991-1992 : L'aménagement intérieur des locaux du 1er étage est effectué.
1994 : le centre de secours est nommé « Gaston Buis ». Celui-ci, soutenu par Gabriel Bonnard, est à l'origine de la construction des locaux rue Gresse. Son engagement à la cause des sapeurs pompiers est ainsi reconnu.
1996 : mise en place de la départementalisation. Les locaux du premier étage sont réquisitionnés par la mairie au profit de l'entreprise Prolitec. Les 6 et 7 juillet célébration des 150 ans d'existence.


 

Oblitération commémorative du 150e anniversaire



2006 : délibération municipale favorable au regroupement des centres de Aouste et de Crest.
5 décembre 2013 : les portes se ferment une dernière fois après 168 ans d'histoire.



 

Délibération du 14 mai 1839 pour l'acquisition de la pompe

  
 

Les Chefs de Corps des Sapeurs Pompiers d'Aouste de 1845 à 2013
 

 

Jean Claude Cheze


 


Société de secours mutuels
 

 

Stèle commémorative des sapeurs pompiers d’Aouste



Moyennant une cotisation modeste, la société de secours mutuel assure à ses membres une prestation en cas de maladie (remboursement médicaux, pharmaceutiques). Si les réserves financières le permettent, une pension de retraite pourra être versée.
Le 12 juin 1877 la subdivision des sapeurs pompiers d'Aouste s'est réunie, à l’effet de s’ériger en société de « Secours Mutuel des Sapeurs Pompiers », l'effectif est alors de 58 membres. Qui en était président ? Gustave Gresse ? 


Chaque sapeur pompier possède un livret individuel dans lequel figure:
1°) le règlement de la société
2°) le signalement (âge, taille, cheveux, front, sourcils, yeux, bouche, nez, barbe, menton, visage, teint et signes particuliers)
3°) les renseignements (lieu de naissance, date de sa naissance, domicile, profession, date d'admission dans la société, date de la délivrance du livret et le nombre de pages composant le livret, y compris le règlement)
4°) cachet de la société et signature du président

 

 

Jean Claude Cheze




 

Histoire de la caserne des sapeurs pompiers d'Aouste





Au XIXe siècle Aouste est une cité prospère et, en 1839, alors que le corps de sapeurs pompiers n'est pas encore créé, la commune fait l'acquisition d'une pompe à feu pour la somme de 1315 francs. Financée par un don volontaire des habitants de 915 francs, le solde sera voté lors de la réunion du conseil municipal du 14 mai 1839. Ce premier matériel est remisé dans un local situé à proximité du bureau de poste actuel ; il sera utilisé durant près d'un siècle. Quelques années plus tard, en 1845, le corps de sapeurs pompiers est créé.
De 1934 à 1938 beaucoup d'évolutions avec l'acquisition d'une moto pompe, d'un véhicule pour le déplacement de 8 hommes permettant aussi la traction de la pompe et aménagement des garages au sous sol de la salle des fêtes.
En 1976 , sous la conduite de Gaston Buis, chef de corps, les sapeurs pompiers participent bénévolement à la construction de leur caserne, un rez de chaussée ( bureau-salle de réunion, sanitaire et 4 garages). Au fil du temps la toiture terrasse se détériore et il faut envisager des travaux de protection. De 1988 à 1992, avec la participation financière de l'Amicale des Sapeurs Pompiers, la collectivité décide l'aménagement d' un 1er étage : sanitaires, bureau et grande salle de réunion laissant disponible le rez de chaussée pour le secteur opérationnel et permettant les formations départementales.

Une autre salle est édifiée perpendiculairement, à la fin du XXe s.

Le début du XXIe s voit l'installation du Centre Social « Nini Chaize » à l'étage.

Les 168 ans de services rendus aux populations et le regroupement des Centres de Secours à Crest annihilent la présence d'une compagnie de Sapeurs Pompiers à Aouste en décembre 2013. Les locaux sont affectés au Centre Social « Nini Chaize ».

L’année 2017 voit la rénovation et la restructuration de la caserne Gaston Buis avec l'agrandissement du Centre Social et la création de nouveaux locaux pour les associations.










La pompe devant un garage privé en 1950












 

                                     La pompe et les garages sous la salle des fêtes














Vue aérienne du terrain où sera construit le nouveau centre













Le centre de secours en 1980




 

En 1997 inauguration de la stèle devant le centre de secours