La fabrique de billes Barral
 

 
 
 

 

Les billes !

Quel enfant n’a pas joué aux billes dans les cours d’école ? Tous les garçons et, même les filles, y ont joué à un moment ou un autre. Jeu d’enfants, encore faut-il les fabriquer !

Autrefois les billes à jouer étaient en pierre !


A l’origine cette usine fondée à Cobonne fut transférée sur la commune d’Aouste sur Sye, quartier Bellevue ; actuellement les bâtiments se trouvent sur la commune de Mirabel et Blacons suite au redécoupage communal de 1946.

Vers la fin des années 1860, un huissier de Crest, géologue amateur, eut l’idée de fabriquer des billes en onyx après avoir découvert un filon de cette pierre mais les essais ne furent guère concluant.

Dans les Archives Départementale de la Drôme, il apparaît que, le 26 octobre 1878, les Srs Adnet et Gamon négociants, demandent au préfet l’autorisation d’établir une fabrique de billes dans les bâtiments d’une ancienne papeterie Charnier à Cobonne, de construire une prise d’eau du canal d’amenée à la suite du moulin Gresse et d’exploiter une carrière de pierres. Une enquête est ordonnée par le Préfet le 14 novembre 1878. Les ingénieurs des Ponts et Chaussées remettent le 12 juin 1879 un rapport favorable sous conditions de maintenir le niveau des eaux nécessaires à l’arrosage des propriétés riveraines. Suivant les Archives départementales de la Drôme, on constate que la première mention de la production de cette l’usine date de 1880.

En 1871, Alexandre Barral marchand de draps, banquier et industriel de Crest se rendît au bord du Rhin et débaucha les habitants d'un village entier d'Alsaciens qui refusaient le joug prussien, et acceptèrent de s'installer dans la Drôme.

En 1876, il décidait de créer la première usine à billes et confiait l'affaire à ses deux fils Joseph et Léopold qui s'investirent et mobilisèrent les Alsaciens pour tailler les pierres en petits cubes afin de fabriquer les billes et les calots.

Dans les environs on trouvait de la pierre d’onyx et de la bonne pierre grise. Les tailleurs de pierre alsaciens taillaient la pierre grise dans des carrières à Cobonne et à Beaufort, et les charriaient dans des tombereaux à leurs maisons. L’hiver, après l’ennoyage, ils fendaient les blocs de pierre de dix pouces pour en faire des dés d’un ou deux centimètres avec les angles rabattus. Ces cubes étaient ensuite amenés à l’usine pour en faire des billes. Ces cubes étaient placés sur une plaque circulaire en fonte de 1m de diamètre avec des rainures concentriques de plusieurs intermédiaires. Cette plaque était coiffée d’un lourd plateau circulaire en bois dur (hêtre ou chêne) et cerclé de fer épais d’environ 50 cm. Ce plateau était mobile verticalement et se manœuvrait à l’aide d’un levier et d’engrenages. L’ouvrier répartissait les cubes sur le disque en fonte et descendait le plateau de bois.Les deux disques tournaient en sens inverse dans un filet d’eau et de sable servant d’abrasif y était injecté.Ils prenaient le sable au-dessus du village de Gigors, dans un endroit qui s’appelle " Savel ".Au bout de quelques temps la poudre d’usure du calcaire jouait le même rôle. L’eau qui affluait par le trou, percé dans le bois pour le passage de l’arbre de la meule, évitait aussi la surchauffe et permettait l’évacuation des boues.Le mouvement de rotation sur la plaque de fonte faisait s’arrondir les angles jusqu’à obtenir des billes bien rondes. En fonction de la rainure de la plaque, on obtenait des billes ou " goubilles " de 18mm, des " callots " de 20 mm ou des " biscayens " de 34 mm. Une heure suffisait pour fabriquer une " passée " d’environ 700 billes.

Ces billes étaient ensuite colorées dans un bain de mélange de poudre d’aniline et de soufre. Après séchage, elles étaient comptées par un ouvrier sur un plateau à alvéoles (100 alvéoles) et versées dans des conditionnements d’expédition (tonneaux ou carton).


 


Casseur de pierres



Toute l’usine, qui tournait jour et nuit, était animée par une roue à aubes sur un canal de dérivation de la Sye. En 1884, suivant la saison, de 22 à 37 ouvriers étaient employés.

En référence à une deuxième lettre du 25 juin 1886, des habitants de la vallée de la Sye (une première ayant été adressée en juillet 1885), adressent au sous-préfet de Die, se plaignent de la pollution des eaux de la Sye par l’usine à billes de Mr Barral ; cette usine appartenait auparavant à Mr Rolland, ingénieur. Un constat établi par un rapport de l’ingénieur ordinaire en date du 28 décembre 1887 confirme cet état de pollution.

Le 31 juillet 1888 un arrêté est pris par le Préfet, non respecté, si l’on en juge par une lettre d’un réclamant en date du 20 janvier 1889 en demandant l’application.

Le 29 mars 1889, l’ingénieur ordinaire informe le préfet que des travaux d’étanchéité ont été faites sur les bassins de décantation.

Une autre pétition du 8 avril 1911 est envoyée au Préfet par les riverains de la Sye, signalant un déversement des détritus dans la Sye.

Le 20 mai 1911, l’ingénieur établit un rapport précisant que « l’usine à billes a remplacé un moulin remontant à la féodalité et que la transformation se fit vers 1878 et les propriétaires à cette époque voulurent apporter ds modifications au canal d’amenée dans le but d’augmenter la chute et de faciliter l’admission de l’eau, mais en raison des oppositions manifestées par les propriétaires contre les modifications projetées à la prise, l’administration n’a pas crû bon de devoir statuer ». Par manque d’ouvrier d’entretien des bassins de décantation, l’eau déversée est impropre à la consommation des hommes et du bétail, d’autant plus que certains riverains n’ont d’autres eaux que celle du ruisseau. Le rapport précise que Mr Barral doit prendre des dispositions pour assurer l’évacuation des eaux de manière à ne pas compromettre la salubrité publique.

L'usine était florissante, elle comptait une vingtaine d'employés et tournait jours et nuits. Plusieurs générations de Barral se succédèrent pour pérenniser cette petite usine unique en son genre. Après 1914, la pénurie d'eau contraint les frères Barral à transférer la fabrication des billes dans une nouvelle usine au quartier des Foulons à Aouste (actuellement commune de Mirabel-et-Blacons). Après de longues tergiversations, ce quartier a été rattaché à la commune de Mirabel et Blacons, le 16 septembre 1946. Ces deux communes font partie des 10% de communes françaises qui ont changé de superficie depuis la Révolution. La fabrique de Cobonne ferma en 1928.

En 1920, les frères Barral ouvrent cette nouvelle usine dans les bâtiments d’un ancien moulinage de soie sur l’emplacement d’un vieux moulin à foulon desservi par le canal des moulins d’Aouste. L’usine à billes s’est installée ici afin d’ utiliser la force motrice de l’eau du canal de la Gervanne à la Sye. Ce canal servait aussi, plus loin, à l’usine textile Rey et à la papeterie Sacna-Lembacel. L énergie était fournie par une roue à aubes remplacée ultérieurement par une turbine.

La fabrique de billes en pierre continuera jusqu’en 1928 dans l’usine des Foulons. La fabrication devenant de plus en plus onéreuse, la famille Barral se lance dans la production de billes en terre.

La fabrique des billes nécessite essentiellement une bétonnière sans ailettes intérieures, qui intervient à plusieurs étapes de la fabrication. Au départ, la bille n’est qu’un grain de sable, mais protégé par une gangue d'argile (" la peau "). L'ensemble est de la taille d’une granule d'homéopathie. On en met quelques poignées dans une bétonnière sans ailettes, toupie en fonte dite également " coucourde " ou courge. - Ces " coucourdes " étaient fabriquées par les établissements Tourre de Crest -. Et à mesure que les grains de sable gainés d'argile roulent dans la machine, on rajoute un mélange de chaux et de ciment, un peu d'eau, tout en laissant encore et encore tourner l'ensemble, pendant environ sept heures pour atteindre le diamètre définitif. Ainsi se crée les billes. Il faut régulièrement transvaser une partie de ces petites billes sombres en formation dans d'autres bétonnières voisines, car en grossissant, elles prennent de plus en plus de volume, et donc de place. Une fois qu'elles ont atteint la bonne taille, les billes sèchent de manière naturelle pendant plusieurs semaines sur des trémies. De brunes, elles deviennent grises. Ensuite, elles passaient au polissage pour les lisser et enlever les aspérités qui les hérissent encore : elles vont recommencer à tourner dans une bétonnière, avec un peu d'eau. La dernière étape est celle de la couleur. Les billes vont être peintes par trempage dans des bains de couleur : un seul si elles sont monochromes, plusieurs bains successifs pour se couvrir de tâches multicolores. Certaines vont recevoir une couche de vernis et être de nouveau séchées pour être emballées et expédiées. A l'époque, près d'un million de billes étaient fabriquées chaque semaine.


 

Une "coucourde"


Dans les années 30, elles étaient cuites dans de grands fours chauffés au bois puis au coke Mais cela coûtait cher, ils cherchaient donc un autre moyen de fabriquer des billes.

La fabrication cesse en 1935 et durant la Seconde Guerre mondiale, la pénurie de combustible conduisant à abandonner la cuisson. L’usine tourne toujours ; elle fabrique dès lors les billes avec un mélange de chaux et de ciment artificiel, tout en continuant à les appeler "billes en terre". Les billes sont polies par un jet d’eau dans un cylindre puis séchées par infra-rouge, ensuite peintes par trempage dans une grosse " coucourde ". Après trois semaine de séchage, elles sont expédiées. Les billes furent teintées de toute sorte de couleurs ; elles passaient dans deux bains de peinture.

Dans les années 80, l’usine produit 50 millions de billes par an.

Face à la concurrence des billes en verre d'origine asiatique ou américaine, les Barral sont contraints à fermer l'usine en 1984.

En 1985, la famille Guilhot achète le bâtiment et conserve le matériel et le stock de billes puis reprend modestement la fabrication et la commercialisation des billes.

De 1985 à 1998, la bille reste aussi présente dans la région par l'intermédiaire d'un musée qui lui est consacré, exploité par la famille Guilhot, propriétaire du bâtiment. En 1998, Monsieur Desbois relance la production de billes en terre en créant la société "Billes et Traditions", mais des difficultés économiques le contraignent à fermer fin février 2009. Depuis mars 2009, l'usine a été rachetée (machines et savoir-faire) par M. Yves Renou qui s'est installée près de Limoges, à Saint-Maurice-les-Brousses, en Haute-Vienne. Au sein du bâtiment d'origine à Mirabel-et-Blacons, le musée de la bille était géré par l'association "L'Usine à Billes", qui a pour but sa réhabilitation et la rénovation du bâtiment. Il retrace l’histoire des fabriques drômoises (Saoû, Cobonne et Mirabel-et-Blacons) qui ont été les principales usines françaises de billes à jouer. Ce musée fermera à son tour.

En 2019, un tournant décisif dans la longue histoire de l'usine à billes de Mirabel-et-Blacons se concrétise. La commune de Mirabel-et-Blacons, propriétaire de la friche industrielle depuis 2014, veut transformer ; le bâtiment va être très prochainement réhabilité de manière à accueillir quatre logements sociaux et trois ateliers.


 

Usine de Cobonne vers 1885

 


 Sources :
  • Archives Départementales de la Drôme séries M et S-57 ; S 56
  • Archives municipales Aouste 1 F2