BREVE HISTOIRE D'AOUSTE SUR SYE


 


Située entre le Rhône et les Alpes, AOUSTE a été, de l’Antiquité au 17ème siècle, une étape et une place forte importante.
Carrefour sur la Route de l’Étain, la cité était connue des Grecs. Arrosée par la Drôme et la Sye, appuyée au contrefort du Vercors, AOUSTE fut une étape postale (Mansio Augusta) sous le règne d’AUGUSTE. Celle-ci est mentionnée dans divers documents, sur la route de « DIE à VALENCE ».
D’autres documents, plus récents, font état d’autels décorés, de monuments funéraires (en partie conservés) ou d’épitaphes aujourd’hui disparues. Une tablette, au musée Calvet d’AVIGNON traduit le rôle de la ville vers 472, celle-ci fut aussi, durant tout le Moyen Age, une étape importante sur la route de Bordeaux à Jérusalem.


 




AUGUSTA fut prise par les Wisigoths en 412, les Lombards vers 536, les Sarrasins en 729, en 839 par les Normands et en 924 par les Hongrois.
Les ARNAUD donnent, en 1146, AOSTE, CREST, SAINT-MEDARD, SAINT-BENOIT à l'Évêque de DIE. AOSTE est alors une ville fortifiée avec château à double enceinte, église et prieuré, donation confirmée en 1157 par l’Empereur FREDERIC 1er.
En 1227, la cité dépend de l'Évêque de VALENCE qui lui accorde diverses libertés et exemptions, octroyant ainsi certains droits communaux, les Juifs jouent aussi un rôle important dans la cité.

Plus tard la ville sera assiégée et prise par AYMARD DE POITIERS, en 1277. La même année, Aoste devient une étape importante pour les transhumances entre Arles et Léoncel.




Armes de la famille des Poitiers-Valentinois



Aux 14ème et 15ème siècles, la cité sera reconstruite et un couvent de bénédictins s’installe au quartier Saint-Pierre En 1492, le canal de Gervanne est déjà utilisé par les artisans - 2 canaux avaient été bâtis à l'époque gallo romaine, le canal AOUSTE-CREST sera construit à partir de 1507-, d' autres canaux seront ensuite mis en service par les moulinages. Au début du 16ème siècle la cité est prospère, la dîme est supprimée en 1550 ; mais Aouste devient une étape militaire sur « le Grand Chemin » (vers l’Italie), jusqu’en 1815, les habitants doivent entretenir les régiments de passage ("L'ustensile").
Pendant les guerres de religions, AOUSTE passe aux mains des MONTBRUN, en 1573, le Prince d’AUVERGNE reprend la place et contraint les habitants à participer au siège de CREST : « Viendrez ou brulerez », en 1587, la ville tombe aux mains de LESDIGUIERES. Avant le siège de PRIVAS, LOUIS XIII ordonne la destruction des fortifications d'AOUSTE. C’est le COMTE DE SAULT qui en sera chargé, son action est qualifiée en 1625 de « SAC D’AOSTE », celui-ci sera suivi de deux visites de RICHELIEU en 1629, l'hôpital sera agrandit puis... la peste frappera durement la ville ! En 1683, avant la révocation de l’Edit de NANTES, le temple d’AOSTE sera détruit, et une église bâtie sur son emplacement ! La cité perdra ensuite son intérêt économique.

En 1789 la population est de 1200 personnes, un quart du territoire est en broussailles. La Drôme cause régulièrement de nombreux ravages par ses débordements. Deux fabriques de papier, des foulons, une filature de coton occupent une part de la population. Le 19eme siècle voit de nombreuses transformations : d’abord la construction du temple puis l’église datant du 17ème siècle, est rasée (auprès, se trouvait une inscription romaine aux dieux mânes)… Un corps de sapeurs pompiers est créé ; la voie ferrée permet le transfert des troupes vers la frontière italienne et … le désenclavement du Diois. AOSTE avant de devenir AOUSTE par décision administrative sera, en 1894, la première commune de la Drôme à bénéficier d’un éclairage public, ceci grâce à un moulinier.
Au début du 20ème siècle, ce fut une cité florissante avec diverses fabriques de chaux, textile, mécanique et papèteries. La vie de la cité est aussi marqué par la présence de deux pasteurs défenseurs des populations juives : Marc Boegner (1905-1911) et Roger Chapal (1936-1946).. Lors de la dernière guerre mondiale, la commune fut aussi le lieu de combats contre les troupes nazies : le 21 juillet 1944, les FFI ont pour mission de ralentir la progression des troupes montant à l’assaut du Vercors. Fin août, les troupes américaines installent un hôpital de campagne durant la « Bataille de Montélimar ».

 




Aujourd’hui, la commune compte 2490 habitants travaillant essentiellement dans les services, le commerce, l’industrie et l’agriculture (zone d’appellations AOC et IGP, production de plantes aromatiques et transformation). Située à la fois à proximité du Vercors, de la forêt de Saoû et de la Vallée du Rhône, jouissant d’une qualité de vie enviable, AOUSTE sait, comme dans le passé, être une cité accueillante.